LUCAS, FONDATEUR D'ICI TERRE, LA COOPÉRATIVE
BIEN-ÊTRE DES GRANDS VOISINS

Lucas, c’est un homme passionné et passionnant. Très serein et curieux.
Il est le fondateur d’Ici Terre, la coopérative Bien-être des Grands Voisins.
Découvrez une belle histoire !
Peux-tu te présenter ?
Je suis Lucas Manganelli, j’ai un parcours plutôt éclectique.
Je faisais une double activité professionnelle :
  • J’ai longtemps été danseur et chorégraphe
  • En même temps acupuncteur.
Depuis 3 ans j’ai monté une association qui s’appelle Ici Terre :
C’est l’idée d’être solidaire les uns et les autres, de proposer des pratiques qui soit autonomisantes et solidaires pour vivre & agir joyeusement dans son environnement.
Quelle est ton histoire avec le Yoga, la méditation et les énergies ?
J’ai commencé à méditer 1h par jour le matin depuis l’âge de 16 ans. Parce que ma mère m’a envoyé travailler dans un village en Afrique, le King Bok, ou chaque matin il y avait une pratique assise de 6h à 7h.
Après j’ai continué avec la pratique de Vipassana que je fais depuis 22 ans, de temps en temps. J’ai aussi eu une transmission sur le Taoïsme. Donc je suis sur une pratique de la méditation et du Yoga qui est entre le Bouddhisme traditionnel et le taoïsme.
D’ou t’es venue l’idée de créer Ici Terre ?
On a un réel besoin de se reconnecter au vivant et de prendre soin de la Terre.
J’ai fait un mélange entre « Ici & Maintenant » & « Grand-Mère Terre » donc je l’ai appelé Ici Terre.
Qu’est-ce que vous voulez apporter en plus à l’humain et par quel biais ?
Le but est d’apporter des pratiques qui soient autonomisantes. En effet, on a besoin de retrouver une autonomie de compréhension de soi-même mais aussi une autonomie alimentaire et énergétique.
C’est indécent le mouvement de destruction des écosystèmes qu’il y a sur la planète et la mauvaise répartition des ressources : 60% des personnes détiennent autant de ressources que tout le reste de l’humanité.
Ici Terre donne accès à des pratiques de bien-être, de santé au plus grand nombre y compris à des demandeurs d’asile qui viennent d’arriver sur le territoire français, des personnes qui vivent dans la rue, des personnes qui sont accompagnés dans des parcours de toxicomanie.
Quelle est ta routine matinale ?
Je fais de l’énergétique dans mon lit, c’est-à-dire, de la méditation allongée, je me lève, je prépare mon petit déjeuner, je me douche, je mange. Puis je prends soit le vélo, soit le métro, ça dépend du temps. Je fais beaucoup de micropratique 3mn, 5mn car le but c’est de pratiquer tout le temps. Ensuite je travaille au moins 1h avec mon asso, puis j’alterne des séances à mon cabinet et du temps passés à construire le projet Ici Terre.
Et je prie aussi quand j’arrive. Par exemple, s’il y a des nuages, je les remercie d’être là pour le potager, finalement je parle aux plantes, aux animaux, aux éléments de la nature ; je me branche sur la planète Terre. Je me rappelle que même si on vit en hors sol dans un espace très minéralisé comme Paris, il y a tout un ensemble de force de vie et d’intelligence de la nature, dont nous ne sommes pas séparés.
Tout le travail c’est de se relier à soi et en même temps à l’extérieur (les êtres humains, les plantes, les insectes… Tout le vivant).
Ta rencontre avec Les Grands Voisins ?
Je suis arrivée en octobre 2015 au tout début du projet, quand Yes We Camp, Plateau Urbain et Aurore venaient d’arriver pour les logements d’urgence.  Il restait encore des dessins d’enfants, des lits obstétriques. On devait être max 10 associations.
Les souvenirs/ évènements aux Grands Voisins ?
J’ai beaucoup aimé quand la serre aquaponique, serre entièrement dédiée à l’aquaponie ( la culture hydroponique associée à l’élevage des poissons, dans un système en boucle) est arrivée.
J’ai de très bons souvenirs au début quand on a posé nos objectifs « on va faire des micros pousses, des cours de Yoga accessibles… »
On a tout réalisé.
Ici Terre dans 5/10 ans ?
  • Des coopératives de bien-être dans toute la France.
  • Des ateliers de recyclages locaux sur les questions de réemploi de matériaux et de recyclage de matières.
  • Un projet à la campagne avec une maison de retraites, une école démocratique, une ferme pédagogique et un lieu de transmission.
  • Un tour du monde des initiatives sociales avec les noyaux dures de l’association pour partager des pratiques autonomisantes et innovantes.
  • Acheter un bateau et voir comment on peut recycler le plastique dans la mer. Dans l’équipe on a une biologiste marine et un skipper.
Quels sont tes inspirations ?
  • Dire qu’il y a de la puissance dans la simplicité.
  • De repartir des sociétés traditionnelles animiste qui vivent en petit unité complétement en harmonie avec leur écosystème, une grande influence à la permaculture.
  • Comme je suis psychanalyste, je développe la compréhension de la construction de l’être humain (depuis la conception, le temps de la grossesse et jusqu’à son âge adulte) et de l’écosystème.
Quels sont tes rêves ?
J’ai envie d’être tranquille et joyeux je demande rien d’autre. Je suis curieux de savoir comment ça va se passer sur la planète, si on dépasse le +1°C ça va devenir beaucoup moins vivable. Je suis très soucieux de voir si cet engouement social planétaire qu’il y a pour des pratiques plus justes, plus respectueuses va continuer de grossir ou si cette ultra libéralisme va prendre le dessus.
Quels lieux recommandes-tu à Paris ?
Je recommande tous les espaces ou on cultive, ou il y a des plantes comestibles, du lien social comme Les Grands Voisins.
Je recommande les sourires dans le métro, dans les supermarchés, les boulangeries d’engager des conversations de manière informel avec les gens que l’on croise dans les rues, je recommande du lien. Il faut arrêter avec les enclos.
Si tu avais un super pouvoir ?
La téléportation parce que j’ai plein d’enseignants traditionnels à différents endroits à voir 1 fois par an et c’est tout une organisation pour aller les voir ou les faire venir, pour continuer à apprendre et à passer du temps avec des vieilles personnes qui ont moins de mobilité.
Plutôt Yin ou Yang ?
Je suis un parfait équilibre du Yin & du Yang. En psychanalyse, on est tous bisexuée psychiquement. En médecine chinoise on doit être équilibré entre les souffles Yin & Yang, afin qu’ils circulent en harmonie. Normalement un homme est plus Yang et la femme plus Yin. Mais en médecine traditionnel chinoise et en taoïsme, on met en avant le Yin, c’est-à-dire priorité à la tranquillité, à l’intériorité et la sécurité intérieur.